Dehors les imposteurs !

Les fossoyeurs du vivant vous saluent



par David Joly - Vice président de la Convention Vie et Nature


Il est difficile de ne pas se faire taxer de récupération ou de ne pas se voir reprocher de jouer sur l’émotion lorsque l’on évoque la mort brutale d’un jeune militant de 21 ans.
Alors laissons tomber l’âge, car après tout, le scandale est ailleurs : Rémi Fraisse aurait pu avoir 80 ans, ça ne donnait pas plus l’autorisation à l’État français de le liquider pour contenter, une fois de plus, l’un des lobbies auxquels il se soumet.
Car c’est exactement ce qui s’est passé. Bien sûr, il n’y a pas eu d’ordre direct de l’Élysée, de Matignon ou de la place Beauvau demandant d’ôter la vie à un militant pour faire un exemple (espérons-le en tout cas).
Seulement, à donner systématiquement pour consignes aux forces de l’ordre d’observer la plus grande fermeté, pour ne pas dire la plus grande brutalité, envers les mouvements revendiquant un respect de la nature, de la biodiversité, du vivant, cela devait finir par arriver.
Cette tragédie aurait déjà pu avoir lieu bien avant, que ce soit à Notre-Dame-des-Landes où plusieurs opposants au projet d’aéroport ont perdu un œil suite à des tirs de flash-ball, ou encore à Rion-des-Landes, à Rodilhan et à Maubourguet où les combattants de la torture tauromachique se sont vus gazés et lynchés comme jamais par des fonctionnaires de police clamant haut et fort être venus casser de l’anti-corrida.

Cette répression musclée, et désormais mortifère, le gouvernement actuel non seulement ne la regrette pas, mais l’assume pleinement et la revendique de façon implicite.
En effet, comment traduire autrement le silence observé, tant par le Président de la République que par l’ensemble de son gouvernement, à la suite du tragique décès survenu dans le Tarn ?
Il aura fallu attendre trois jours avant que le ministre de l’Intérieur parle d’éventuelles sanctions envers l’auteur du jet de projectile à l’origine de la mort du militant (comptons de ce côté-là sur la plus grande clémence à l’encontre du coupable) et que la ministre de l’Écologie évoque une réunion de l’ensemble des acteurs du projet de barrage pour trouver une solution d’apaisement. L’un comme l’autre n’ayant le moindre mot de compassion envers la famille de la victime.
Bien sûr, obéir aux lobbies le doigt sur la couture du pantalon est une attitude que tout président et gouvernement de la Cinquième république, sans exception aucune, a observé avec la plus stricte application.
Bien sûr, il est arrivé par le passé de constater ponctuellement des interventions de la force publique plutôt rudes.
Mais à aucun moment nous n’avons pu observer une telle hargne constante dans le temps de la part de l’État envers une partie de ses citoyens, à savoir les défenseurs du vivant, et envers eux seuls.
Car pendant que des militants s’opposant à la barbarie des arènes, aux projets d’élevages concentrationnaires, au bitumage de la nature, à la torture sadique de la vénerie, se font lyncher, gazer, matraquer, poursuivre pénalement, les adeptes de la chasse (mort-loisir), de la corrida (mort-spectacle), de l’élevage intensif (mort-business) peuvent se déchaîner contre les militants pacifiques se trouvant face à eux (s’adonnant à l’occasion à des abus sexuels), peuvent détruire tout le mobilier urbain et les édifices publics qu’ils désirent, peuvent proférer les pires menaces de mort à visage découvert et devant témoins, à aucun moment ces délinquants en puissance ne se verront réprimés ou poursuivis en justice. Il leur arrive même souvent, après leurs ignominies, d’être reçus en grande pompe dans les cabinets ministériels où ils bénéficient d’une oreille attentive.
À une époque où les revendications et les mouvements citoyens pour la défense de la nature et du vivant, seules vraies richesses de ce bas monde, n’ont jamais été aussi nombreux, la réponse des crânes d’œuf au pouvoir actuellement est la pire qui soit.
Et soyons sûrs d’une chose : cette réponse aurait été la même quelle que soit la famille politique au pouvoir, qu’il s’agisse des partis traditionnels ayant déjà gouverné, ou des extrêmes qui veulent faire croire à une approche différente de leur part mais qui ont au final, malgré les moulinets de leurs leaders dans les médias, exactement la même attitude envers les lobbies (il suffit d’admirer, pour s’en convaincre, la preuve de courage de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon qui ont bien pris soin de s’abstenir lors du récent vote européen pour la suppression des subventions à destination des élevages de taureaux de corrida).
Dès lors, si nous voulons, nous, défenseurs du vivant, retrouver dans ce pays un élan de démocratie qui permettrait de nous exprimer de façon aussi libre et de peser autant que les lobbies dont l’existence et la richesse reposent sur le mépris, l’exploitation et la torture de ce même vivant, il apparaît indispensable, sous peine d’échec :
-  d’observer la plus grande solidarité qui soit et de jouer systématiquement la carte de l’unité sur tous les fronts ;
-  et surtout, d’aller défier sur son propre terrain et à tous les niveaux (national comme local) cette classe politique tantôt ringarde, tantôt déconnectée des aspirations des citoyens, tantôt corrompue, tantôt dénuée d’empathie et d’intelligence du cœur, souvent tout ça à la fois
Car ces gens-là ne comprennent qu’un seul langage : celui de la remise en cause de leur position de rentier de la politique.
Devenons cette force démocratique dont le fil conducteur, le respect du vivant, sera systématiquement la condition sine qua non à tout projet économique, social, sociétal.
Une force que les quelques femmes et hommes politiques encore sincères en ce pays pourront à leur tour rejoindre afin de ne plus voir leur travail personnel allant dans le sens de l’empathie être phagocyté par les imposteurs de leurs familles politiques respectives.

La balle est dans notre camp : nous prenons notre destin en main ou nous acceptons d’être chacune et chacun un Rémi Fraisse potentiel.

DJ.



Commentaires  
# Joëlle Salin 03-11-2014 09:51
Le courage du F.N. et du Front de gauche aurait été de voter contre les subventions à la taureaumachie.
Le F.N soutient les éleveurs qui souhaitent l'éradication du loup...
Source : mon43.fr du 25.10.2014
Répondre
Ajouter un Commentaire


--
--
---/---
---/---l

 

--
 
.../...

 

--
 
 

 

© 2020 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB 54