Commentaires sur le film ALF de Jérôme Lescure

 


L'avis de Jean-Paul RICHIER  ...


Je suis allé  voir A.L.F,  le film de Jérôme Lescure axé autour d’une action de militants de la cause animale. C’était le 16 novembre à Paris, un soir où l’équipe était présente pour un échange.

Les qualités du film, et les écueils qu’il doit affronter :

Jérôme Lescure est un homme qui met son énergie et ses talents professionnels au service d’une cause difficile, surtout en France.
De l’énergie, il en fallait, il a dû tenir le coup pendant 5 années, depuis la naissance du projet en 2007, jusqu’à sa sortie en salles ce mois de novembre 2012. C’est un costaud, le Lescure.
Du talent, il en fallait aussi pour réaliser un film dont le budget, vous vous en doutez, n’a rien de comparable avec Astérix et Obélix. Le réalisateur a compensé par une mise en scène intimiste, avec beaucoup de gros plans et de plans d’intérieurs. Mais on n’est pas dans un téléfilm, l’image est très soignée, les visages scrutés dans les détails sont particulièrement humains, les décors sont d’un réalisme minutieux, la qualité de l’image rend beau le banal.. Et la bande-son est travaillée, là aussi le détail des voix comme des arrière-plans sonores est riche.
Il fallait donc que les acteurs aussi aient du talent, et c’est le cas. Ceux-ci étaient donc présents au terme de la projection, pour un échange avec l’auditoire où ils se sont révélés particulièrement attachants (et non dénués d’humour).

Bien entendu, ce film, après avoir affronté tous types d’écueils depuis sa conception jusqu’à son exploitation, doit à présent affronter des écueils dus à sa nature.
Il y a l’écueil redoutable du film « militant ». Surtout sur un sujet encore mal considéré, surtout, répétons-le, en France. Les critiques professionnels sont en règle extrêmement sévères envers les films à thèse. Et le public peut avoir peur de subir un film de propagande. En tout cas d’affronter un film sombre sur un sujet dur après la grisaille de la vie quotidienne.
Il y a aussi l’insertion d’images documentaires de sévices caractérisés envers les animaux, qui peut paradoxalement détourner le public le plus réceptif au thème du film. Cependant le réalisateur a opéré un montage très étudié, de façon à ce que ces brèves images soient suffisamment évocatrices, mais en prenant soin de ne pas chercher à susciter (trop) de malaise chez le spectateur.

Il y a le choix du sujet, à savoir une opération commando façon A.L.F. L’Animal Liberation Front est un réseau de militants s’engageant dans des actions directes illégales (d’où la cagoule symbolique).
Le FBI classe l’ALF parmi les « éco-terroristes » . En France, où les défenseurs des animaux, quels qu’ils soient, sont qualifiés d’extrémistes et de terroristes par les lobbies cynégétiques ou taurins, l’ALF est volontiers diabolisée. Et la cagoule évoque peut-être dans l’esprit du public les terroristes corses que les hommes du GIGN…

Le film incite-t-il aux actions illégales ?

Il n’incite ni ne dissuade. Il repose sur un scénario axé sur les tenants et les aboutissants d’une action illégale. Mais en choisissant d’insister sur l’épaisseur humaine des protagonistes, justement afin d’interpeller le spectateur sur cette apparente contradiction. Cette contradiction est mise en avant sur l’affiche du film, où une larme coule de l’œil du militant cagoulé.
Je dirais que l’essence du film est là.
Les participants à l’action ne sont pas des sectaires dangereux. Ce ne sont pas des illuminés hors réalité. Ce sont au contraire des êtres particulièrement humains, menant des vies humaines diverses, avec les problèmes et les peines de l’être humain « normal », décrits dans le film avec une précision quasi clinique. Et loin d’être éloignés de la réalité, ils sont au contraire animés (pour ne pas dire torturés) par leur conscience aiguë des souffrances animales réelles.
Le film A.L.F. n’est pas un film marginal, en ce sens qu’il est soutenu par des grandes associations de protection animale comme la SPA ou la FBB, et relayé par des émissions comme Vivre avec le bêtes sur France Inter.
Rappelons que Jérôme Lescure  était dans l’arène de Rodilhan, où les taurins ont roué de coups des militants pacifiques l’an dernier. Et rappelons que cet homme au physique imposant a pratiqué des sports de combat. La non-violence, chez lui, n’est pas un vain mot.

Le questionnement théorique : les actions illégales peuvent-elles être légitimes ?

Un pilier de la philosophie continentale du Siècle des Lumières comme Kant écartait toute idée de rébellion contre le Droit, fût-il tyrannique. Pour lui, il fallait que le changement procède de la réforme venue d’en haut, et non de la révolution venue d’en bas.
Depuis, l’idée de révolution légitime s’est imposée dans le monde. Soulèvement des populations opprimées contre un clan despotique, soulèvement des classes exploitées contre les classes dominantes, soulèvement des pays envahis contre le vainqueur totalitaire, soulèvement des peuples asservis contre un pouvoir colonial.
Mais dans des régimes démocratiques comme le nôtre, cette question est plus que jamais problématique. Certes, si la dictature, c’est “ferme ta gueule”, la démocratie est plus que jamais “cause toujours”. Malgré tout, la fameuse formule prononcée par Churchill en 1947 reste toujours valable en 2012 : “democracy is the worst form of government except all those other forms that have been tried from time to time.”

Les actions d’ALF sont illégales, mais en principe n’attentent pas aux personnes, seulement à la propriété (soit en endommageant des installations, soit en libérant des animaux captifs, comme dans le film).
Les activistes se revendiquant d’ALF argumentent que l’étendue des souffrances imposées aux animaux par l’homme justifie l’action directe illégale. Que la vraie violence n’est pas de leur côté, mais du côté des exploiteurs d’animaux. Et que l’appropriation d’animaux par les hommes n’est pas légitime, donc que la vie des animaux importe plus que le droit de propriété.
Selon le FBI, l’ « éco-terrorisme » est censé représenter une menace « intérieure », aux côtés des suprémacistes blancs ou des milices anti-gouvernementales. Mais c’est en fait avant tout au titre d’un « impact économique considérable ». De même, l’Animal Enterprise Terrorism Act adoptée par le Sénat américain en 2006 vise à protéger des intérêts économiques.

En ce qui concerne les animaux sauvages, je pense qu’il faut soutenir sans état d’âme les actions dites de « hunt sabotage » contre la chasse de loisir, ainsi que les actions de type Sea Shepherd  contre l’exploitation commerciale des animaux marins.
En ce qui concerne les animaux en captivité, il va sans dire qu’on doit soutenir les actions clandestines de prises d’images dans les lieux d’élevage, de transport et d’abattage, ou dans les lieux d’expérimentation. Et les actions de protestations pacifiques de terrain comme l’action dans l’arène de Rodilhan.

A l’opposé, certaines actions sont absurdes, voire parfaitement stupides, par exemple l’incendie d’une camionnette vendant des hot-dogs près d’un concert en plein air, en Italie. Sauf à décider qu’il faut frapper les 99,9 % de la population participant de près ou de loin à l’exploitation des animaux par l’effet du système.
Rappelons à ce propos qu’ALF est un réseau informel, tout activiste animaliste pouvant s’en revendiquer (de la même manière que tout hacktiviste peut se revendiquer d’Anonymous ).

La question reste ouverte pour les autres types d’action, comme les libérations d’animaux captifs.
Dans un sens, le comportement des hommes vis-à-vis des animaux n’a rien à voir avec le comportement d’un simple prédateur. La variété et la quantité de sévices que nous imposons à de multiples espèces, dès lors qu’on accepte d’en prendre conscience, suscite volontiers un sentiment de révolte. Vouloir intervenir par l’action directe est compréhensible, d’autant qu’on trouve dans l’histoire maints exemples de situations maintenant considérées comme inacceptables, mais qui avaient la bénédiction de la loi.
Dans un autre sens, il faut être prudent dans le maniement de l’action illégale au motif des convictions personnelles. En effet, dans une société démocratique, qui va juger de la légitimité d’une action, qui va fixer le seuil à partir duquel elle devient elle légitime, qui va déterminer jusqu’où elle peut aller, dès lors que ce n’est plus le droit ? Nous avons tous à l’esprit des exemples de mouvements appelant à l’illégalité pour des raisons politiques ou religieuses, en France ou ailleurs, et dont les actions nous paraissent indéfendables, mais qui sont intimement convaincus d’être au-dessus des lois.

Nul ne peut prétendre détenir la vérité définitive sur cette question complexe. Complexe car les cas de figures sont multiples. Complexe car les positions éthiques sont plurielles. Complexe car l’articulation de la morale et du droit est un sujet sensible. Complexe enfin car il faut mettre en balance l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité, et évaluer l’impact stratégique de telle ou telle démarche.
A chacun de se forger une opinion.

Le film de Jérôme Lescure incite chacun à se questionner, qu’il soit impliqué ou pas dans la cause animale. Je lui souhaite une longue carrière.


Notre point de vue  militant ... et amical.  Par Josy et Gérard Martin.


Nous avons pu voir le film de Jérôme lundi  soir, 12 Novembre ... Malgré une presse quasi muette sur l'évènement et une critique relativement  hostile, la seule salle "Le Chaplin" qui diffusait le film ce soir là à Paris, a refusé  des spectateurs. La bonne nouvelle est que le Publicis champs Elysées qui a connu la même situation la semaine dernière a décidé de re-programmer le film  pour la semaine qui vient ... Les quelques critiques qui se sont exprimés  sur le film ont décidé de le disqualifier, certains évoquant le "militantisme lourdeau" du cinéaste d'autres son insupportable "candeur"... On croit rêver. Il s'agit de l'incontestable démission intellectuelle d'une critique qui refuse d'affronter un sujet.
Car le film est remarquable. Par l'intensité par son thème (la désobéissance civile en réponse aux insupportables  cruautés infligées aux animaux),  sujet qui n'a jamais été abordé dans une fiction française, mais aussi par sa facture :  scénario, montage, direction d'acteur qui contribuent à le hisser à un niveau cinématographique très respectable.  Le face à face en huis clos d'un policier et d'un prévenu accusé d'avoir violé la loi pour libérer des chiens promis à la vivisection sert de prétexte à un terrible réquisitoire sur la façon dont le monde moderne traite les animaux... Des images flash nous font visiter des lieux de terreur qu'on aurait peine à imaginer. Même avertis, certaines d'entre elles nous laissent dans la sidération... Comment a-ton pu en arriver là ? Comment l'humanité a-t-elle pu construire de tels enfers et comment vivre avec cette idée ? Ces questions sont au centre du film. Mais Jérôme n'abuse pas de ce procédé et il nous propose aussi un vrai film de cinéma de fiction qui nous captive et bien sûr nous interpelle très fort...
Laissons lui la parole   : "L'argent ne m'importe pas. Je souhaite simplement que mon film soit vu pour que les gens sachent ...".

 


Merci de nous adresser  vos commentaires sur le film ! ...



Commentaires  

# Delphine Simon 22-11-2012 12:10
Magnifique analyse du film et de son réalisateur, à laquelle je m'associe totalement. Merci Dr Richier !
Cordialement
Delphine
# Da Silva Maria 22-11-2012 16:44
Le film ALF hier à Montpellier, je suis boulversée émotionnellement, psychologiquement, une réalisation exceptionnelle avec des acteurs qui "jouent".... Je ne sais pas, si c'étaient vraiment jouer. Ils étaient imprégnés de leurs rôles et dans la peau des défenseurs des animaux... On ne peut pas faire un tel film et rester insensible à cette merveilleuse cause. On n'en ressort pas intact, dès que l'on sait ce que viv
ent ces pauvres animaux...On ne devient pas forcément militants, mais on y réfléchis..Mon fils en sortant du cinéma m'a dit "je comprends mieux ton combat, et je suis d'accord qu'on ne doit pas tuer pour se vêtir, pour l'amusement, pour la recherche", c'est déjà un grand pas, le reste se fera et il apprendra à ses enfants quand il en aura...Il en parle à ses amis, qui en parleront à leurs amis...Un noeud au ventre par une telle réalisation, un tel drame psychologique, un face à face avec l'activiste et le flic...Il faut aller voir ce film absolument...Je m'excuse auprès des personnes qui étaient présentes, mais j'ai du partir rapidement, en larmes, mais des larmes qui j'espèrent vont réveiller les consciences....Je dis un grand BRAVO à Jéromes Lescures pour ce chef d'oeuvre. Je pense y retourner Dimanche avec des amis...
# Orizi Gloria 22-11-2012 17:06
je n'ai pas encore vu le film puisqu'il est "distilé" à petite dose (car sans dout il doit géner un peu...)
en tous cas j'ai suivi de prêt chaque reportage, et j'ai hâte de le voir , je l'aime déjà, et je dis un grand bravo à Mr Jérôme Lescure d'avoir eu les "cou...." de faire ce film ! je souhaite de tout mon coeur qu'il ouvre de nouvelles consciences et aide à mettre un terme à la souffrance animale qu'elle qu'elle soit !
Gloria
# Yves 22-11-2012 17:19
Superbe analyse et commentaire. Une forme en colonnes (3 ou 4 vue la largeur) serait plus motivante à lire pour ceux qui hésitent... ;-)
Si nous voulons jouer au sein d'un système, il nous faut pratiquer comme l'élite du système qui sait fort bien s'adjoindre de précieuses aides auprès du juridique, de la police, des lobbies financiers pour être "intouchable" lorsqu'ils font bien pire que ces militants au coeur d'or.
Détourner de l'argent (cash ou actifs ou salaires indécents) pour son propre bénéfice sur le dos de la collectivité est d'un narcissisme mégalo frisant la psychopathie...d'où leur déni !
Je le mérite parce que j'oeuvre "pour" la collectivité est insuffisant. Et nous avec nos impots, on tricote peut-être ?
Certains leaders politiques et financiers devraient regarder dans leur coeur vide pour se demander ce qu'ils pourraient bien en faire...avant the D Day.
Ce n'est pas à l'aube de leur mort dans leurs souffrances (pay back de leur vie à profiter des autres) qu'ils vont se racheter une conduite pour passer devant le jugement dernier qui prend en compte l'ensemble des actions et non la dernière action.
Yves, ex Rodilhan comme de nombreux autres militants
# Steiner 22-11-2012 17:35
Bonjour,

votre commentaire dans l'ensemble est assez réaliste et véridque par contre arrêtez de dire que le ALF sont des " eco terroristes" car les vrais terroristes sont les labos pharmaceutiques qui font exploser la cervelle des singes, qui tirturent chaque jour des millions d'animaux pour des tests cruels, inefficaces, cher!!!

Il faut savoir: L'ECHEC DE L'EXPÉRIMENTATION ANIMALE

• Moins de 2% des maladies humaines, 1,16%, se révèlent dans les animaux. Au-delà du 98% ça n'existe pas dans le monde animal.
• Des milliers de médicaments dits sûrs sur les animaux ont été retirés ou interdits à cause de leur effet nuisible sur la santé humaine.
• 1 patient sur 6 est à l'hôpital parce que les médicaments qu'il a pris étaient dits sûrs erronément après avoir été testé sur les animaux.
• 50% des médicaments sur le marché causent le cancer chez les animaux de laboratoire. Ils sont admis sur le marché parce qu'on admet que les tests sur les animaux ne sont pas considérables.
• Quand les producteurs de talidomide furent emmenés au tribunal, ils furent acquittés après que de nombreux experts fixèrent que les tests sur les animaux ne pouvaient pas être fiables pour les médicaments à l'usage humain.

L'EXPÉRIMENTATION SUR L'ANIMAL EST NUISIBLE POUR L'HOMME, POUR DEUX RAISONS:
- le résultat de l'expérimentation sur les animaux n'est pas de manière prévisible pour l'homme, car nous n'avons pas les mêmes substances;
- 92% des remèdes qui sont dits sûrs et efficaces dans l'expérimentation sur les animaux, sont délaissés dans les tests cliniques suivants avec les hommes,parce qu'inefficaces, dangereux et mortels!

Je dis bravo à M Lescure ce film est formidable il aurait du mettre encore plus d'images d'animaux massacrés car c'est ça la réalité et si les gens ont peur de voir la réalité que ca leur fait mal de savoir ce qui se passe dans les labos ils arrêteron d'acheter des produits avec des tests sur les animaux (loreal,procter and gamble,johnson and johnson etc)
# Michel CAMBOULIVES 22-11-2012 21:05
Jean-Paul RICHIER n'a en aucune façon écrit que les ALF sont des éco-terroriste. Il a rapporté que, je cite, "le FBI classe l'ALF parmi les éco-terroristes." et que "Selon le FBI, les éco-terroristes, censés...".
La nuance me semble être de taille; autant que je le sache JP RICHIER n'est pas le FBI.
# Jérôme Lescure 23-11-2012 00:10
Cher Jean-Paul,
Merci beaucoup pour votre analyse... ça me va droit au coeur...
Et encore merci pour l'aide et le soutien que vous avez apportez à ce film.
Bien amicalement,
Jérôme Lescure
# Thierry Hély 23-11-2012 13:36
Si je dois retenir qu'une phrase de cette analyse, c'est celle-ci: "une larme coule de l'oeil du militant cagoulé". Tout est dit. Le symbole est très fort ! Un grand bravo à Jérôme Lescure !
# Gaud Chauvin 23-11-2012 23:27
j'ai vu le film A.L.F. dès sa sortie à Nice cette semaine; c'est un film remarquable, sans concessions, et j'approuve totalement le commentaire de Monsieur Richier.
C'est évidemment odieux de qualifier d'éco-terroristes des gens qui sont exactement le contraire mais c'est tellement plus simple pour essayer de se débarrasser d'eux!
Les éco-terroristes ce sont les gens qui massacrent la nature, les peuples aborigènes, les animaux et privent tous les enfants du monde d'un avenir sur une planète vivante et belle.
# Nathalie Schwarz 07-12-2012 22:30
Mille bravos, Monsieur Lescure et merci.
Merci pour eux, merci pour nous.
Je suis allée voir ce film par devoir, ou
devrais je dire par reconnaissance.
Et malgré ces images, qu'hélas je ne connais que trop, j'ai passé un très beau moment de cinéma.
Je terminerai en citant quelqu'un qui a aussi essayer d'ouvrir les coeurs "je dois avouer qu'il est agréable de savoir qu'il y a quelqu'un quelque part, qui va droit son chemein envers et contre tous, cela vous permet de dormir tranqille;"
Romain Gary, Les racines du ciel.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

15
Juin 2019
Limoge : conférence sur les grands prédateurs ...
Voir en page d'accueil

 

© 2016 ecologie-radicale.org Tous droits réservés. Conception du site internet Agence WEB54